30.12.11

Christine Labourgade

Nouvelle peinture de Christine Labourgade dans l'accrochage actuel â la galerie (120 cm x147 cm).

28.12.11

Olivier Nouvellet et Antide

Très belle photographie (de Daniel Chenot ) prise lors de la dernière exposition d'Antide il y a un mois.



24.12.11

Jacqueline Badord, Guias, Aeschbacher...

Pendant les fêtes de fin d'année : nouvel accrochage à la galerie avec Aeschbacher, Léon Zack, Benrath, Didier Georges, Madeleine Grenier, Sissil, Christelle Labourgade, Gardair, Laurent Selmes, Jacqueline Badord, Gilles Guias et Alberto Reguera.



21.12.11

Jacqueline Badord : " Garcons "

Vernissage de l'exposition de Jacqueline Badord, " Garcons ".
(Photo d'Antide)

8.12.11

Sissil : œuvres récentes

A découvrir aussi cette semaine, une exposition de Sissil chez nos amis de la galerie Forêt Verte : un univers artistique décalé et amusant d'une artiste qui bouillonne d'inventivité.
Le jeudi 15 décembre 2011 à partir de 18h.


Christian Gardair : "Ciels d'en bas"


Un petit rappel pour l'exposition de Christian Gardair, dont les vernissages auront lieu les mardi 13 décembre et samedi 18 décembre à partir de 15 h, en présence de l'artiste.


5.12.11

Chez Alberto Reguera

Dîner à l'atelier d'Alberto Reguera.
A noter son site d'actualité en français : www.reguera-actualite.com

18.11.11

l’Instituto Cervantes de Bruxelles prolonge l'exposition d'Alberto Reguera

Le succès de notre ami Alberto Reguera se développe dans le monde. Pour preuve, l'institut Cervantes de Bruxelles prolonge son exposition jusqu'au 24 novembre prochain.
A noter que cette exposition a été réalisée avec la collaboration du ministère de la culture Espagnol.




Choix des œuvres

Chez Antide pour le choix des oeuvres pour l exposition du dimanche 27 novembre 2011 "Portraits"

11.11.11

Chez antide

Ce soir, dans l'atelier d'Antide qui prépare sa prochaine exposition de portrait à la galerie.
Notez bien le dimanche 27 novembre à partir de 15h

3.11.11

Exposition William Chattaway

Ce soir vernissage de l'exposition de William Chattaway :
Dessins 1947-1950 et sculptures 2010-
2011.
Exposition jusqu au 26 novembre 2011

1.11.11

Robert Saint-Cricq

Visite à l'atelier de Robert Saint-Cricq pour voir ces dernières créations en vu d'une prochaine exposition.

18.10.11

Groupe

Accrochage de groupe avant l'exposition de Christelle Labourgade ce dimanche 23 mars de 15 à 19 heures

17.10.11

CHRISTELLE LABOURGADE : "à corps et à cris"




La rue,
ultime parcelle du territoire de l'homme abandonné,
ultime abri pour celui que la société recrache au milieu de ses déchets.
Dans un monde où tout se jette, l'homme n'échappe pas à sa date de péremption. Il va, cramponné à sa dignité, quand son corps hurle et que son cri est muet. Il erre, ombre de lui-même, jusqu'à ce que la solitude l'avale, jusqu'à ce qu'il disparaisse.


Dimanche 23 octobre 2011
De 15 heures a 19 heures

CHRISTELLE LABOURGADE
 "a corps et a cris"
Dessins

15.10.11

"L art de l étonnement" de Jacques de Coulon, illustrations Gilles Guias

Demain, dimanche 16 octobre, signature du dernier livre de Jacques de coulon "L'art de l'étonnement" avec dee illustrations et œuvres sur papier de Gilles Guias.
De 15h à 19h.

12.10.11

Vernissage


Vernissage hier de l'exposition autour de la revue "preau des collines" avec des oeuvres de Eugene Dodeigne,
Pierre-Edouard, Francis Limerat, Charles Maussion, Denis Martin,
Laurence Jeannest, Agnes Munier,
Jacques Le Scanff, Jocelyne Colin.

9.10.11

Colette Deble et Denise Liote

Colette Deble et Denise Liote lors de la
signature des livres de Georges Coppel.

6.10.11

“L’art de l’étonnement, œuvres originales”




Signature de l’ouvrage et exposition d’œuvres de Gilles Guias

le dimanche 16 octobre 2011
de 15 h 00 à 19 h 00

Exposition organisée à l’occasion de la parution
“L’art de l’étonnement”
(Editions Payot et Rivages)
en présence de l’auteur Jacques de Coulon et de Gilles Guias


Interview de Gilles Guias

P : L’art de l’étonnement propose « 365 pensées pour ouvrir son horizon » : quelles pensées avez-vous eu envie d’illustrer ?
GG : Certaines pensées m’ont immédiatement apporté une image : le gâteau, la grenouille. Mais toutes les illustrations ne correspondent pas à une phrase en particulier. J’ai surtout eu envie de retranscrire à mon tour ce que ce livre m’inspirait. Je me suis d’abord laissé aller à la lecture de l’ensemble. J’ai eu besoin de m’imprégner du texte, de le porter en moi comme une sorte de méditation, pour pouvoir ensuite en exprimer librement et simplement l’essence – enfin celle qu’il m’a semblé en percevoir - à travers des images.

P : Vous avez utilisé une technique moderne et presque virtuelle pour ce travail intérieur ?
GG : Oui, en quelque sorte. J’ai créé toutes les illustrations en numérique et essentiellement sur un iPad.

P : Pourquoi avoir choisi cette technique en particulier ?
Le numérique offre aujourd’hui des supports, comme l’iPad, qui permettent de dessiner et d’achever des oeuvres n’importe où et dans n’importe quelles conditions. Pour moi, c’est une façon de travailler extraodinaire. Et qui m’a semblé parfaitement en accord avec le livre de Jacques de Coulon. Avec l’état d’esprit dans lequel je me suis senti en le lisant.
Les 365 citations choisies par Jacques de Coulon parlent de questions humaines, proches et accessibles. Le livre nous initie à la simplicité, à la légèreté, à la fluidité. L’outil que j’ai choisi pour les exprimer l’est aussi.
Par exemple, la maison au sommet d’un pic a été réalisée dans une voiture, sur la route, lors d’un voyage. J’ai moi-même été étonné de la magie avec laquelle les images surgissaient sur la tablette au moment même ou elle apparaissaient dans ma tête (ou presque). C’était du graphisme nomade...

P : Vous remplacez le papier par le numérique ?
GG : Non, je ne remplace pas le papier par le numérique, j’utilise juste un nouvel outil d’expression. Cette fois-ci c’était tout à fait adapté. On dessine avec un doigt sur l’écran, pas besoin de sortir papier, crayons, peinture, gomme et pinceaux. Une fois terminée, c’est une illustration prête à être imprimée. Le degré de précision est très impressionnant. C’est comme si à chaque instant, vous pouviez sortir de votre sac tout votre atelier. La technique est simplicime, il  faut un iPad et son doigt !

P : Votre exploration du numérique n’est pas nouvelle, vous avez été le premier en 2007 à réaliser des oeuvres sur ePaper (papier numérique) qui ont été exposées dans des galeries parisiennes aux côté d’œuvres plus traditionnelles
GG :
J’expérimente les outils numériques depuis des années maintenant. Il y a une réelle aventure dans ce domaine, les nouvelles techniques offrent des champs d’explorations artistiques passionnantes. Ce qui ne m’empêche pas de travailler quotidiennement d’une manière plus classique sur papier et sur toile.

P : Les illustrations originales du livre ne sont donc pas sur papier?
GG :
Non, tout est numérique. Mais nous organisons une signature pour la sortie du livre, durant laquelle nous exposerons de nouvelles » oeuvres inspirées des 365 citations de L’art de l’étonnement, des acryliques sur papier cette fois-ci. Ce sera l’occasion surtout, pour tous, de rencontrer Jacques de Coulon.

Diner ce soir chez Antide


5.10.11

Olivier Nouvellet vous invite


à l’exposition dédiée au numéro 12 de la revue Le préau des collines et aux œuvres des artistes présentés dans le dossier Traces d’aubes et de nuit , qui réunit les sculpteurs et peintres Eugène Dodeigne, Pierre-Édouard, Charles Maussion, Francis Limérat, Denis Martin, Laurence Jeannest, Agnès Munier, Jocelyne Colin.
Ce numéro rassemble également des textes de François Dournes, Pierre Édouard, Pierre Bergounioux, Yves Bonnefoy, Michel Makarius, Jacques Le Scanff, N. Huyghues- des-Etages et MH. Piednoir, Gabrielle Althen, Geneviève Huttin, Christiane Veschambre, Jean-Paul Bota, et s'ouvre sur un important dossier réuni par Jean-Paul Michel consacré au poète et écrivain Mohammed Khaïr-Eddine.
Vernissage le mardi 11 octobre à partir de 18 heures.


Il ne s’agit pas ici d’inventer des affinités mais de tenter si cela est possible de rendre compte d’émotions, de stupeurs heureuses lorsque, souvent guidé par Denis Martin, je découvre avec bonheur, avec une sorte d’ef- froi heureux, ces œuvres qui émeuvent et, d'un élan, nous jettent vers l’inconnu. Ce dossier se poursuivra, des études plus com- plètes suivront sur Charles Édouard, sur Colette Brunschwig, sur Pierre Michon et la peinture... tissant un lien entre des femmes et des hommes heureusement dissemblables.

Jacques Le Scanff

4.10.11

Exposition Ken Yeung


Vernissage ce soir de l'exposition Ken Yeung
"Collages"
Exposition du 4 au 8 octobre.

2.10.11

Exposition Jacques Le Scanff

Ce dimanche de 15 a 19 heures
Exposition Jacques Le Scanff
" Visages "

23.9.11

Les écrits de Georges Coppel

Dimanche 9 Octobre 2011, de 16 heures à 19 heures,

Signature de textes de Georges Coppel
Tableaux de COLETTE DEBLÉ et de DENISE LIOTÉ


​Depuis une trentaine d’années, les artistes, le public et les institutions françaises n’ont plus aimé la peinture. Ils ont préféré les assemblages, les interventions, et d’autres essais qu’ils ont trouvés moins conventionnels. Ils ont pensé que la nouveauté valait plus que la réflexion. Si quelqu’une de ces modes convient aux structures de l’esprit, elle suscitera de nouvelles recherches et peut-être des chefs d’œuvres. Sinon, elles n’auront été que des épisodes du marché de l’art.
​On le constate déjà pour certaines d’entre elles, alors que, nous le vérifions ici et maintenant (dans la galerie d’Olivier Nouvellet), les artistes n’ont pas épuisé toute la richesse d’émotion qui peut s’exprimer par le pinceau et le crayon.
​L’histoire nous prouve que ces moyens coutumiers conviennent très bien à la sensibilité de nos yeux et de nos cerveaux : l’espèce humaine prenait à peine forme que des artistes peignaient déjà.
​Ils ont montré la vie. La souffrance de la chair, en représentant des aurochs qui luttent encore quand leurs entrailles tombent de leurs ventres ouverts (Lascaux, -17 000 ans). La victoire des héros. La rivalité des mâles (rhinocéros à Chauvet, -35 000 ans). La vanité des hommes (je crois que ces grottes ont été peintes par des femmes pendant que Monsieur chassait). Elles ont aussi inventé des peintures sans image (alignements de points, de barres, de formes géométriques...) qui étaient sans doute des recherches sur les secrets de la vie intérieure.
​Je suis certain qu’elles ont aussi fait beaucoup de peintures sur des supports qui n’ont pas été aussi durables que les parois des grottes. Tant que leurs œuvres se sont conservées, elles ont alimenté les créations des artistes des générations suivantes. Chacun doit une partie de sa méditation aux idées du passé. Parfois pour les compléter, parfois pour les contester.
​Cette suite de créations se scinde en deux tendances de l’esprit humain. D’une part une curiosité pour ce qui s’offre au regard : les objets et les êtres. D’autre part, les indices qui permettent de pressentir le sens secret de la vie. Il y a donc deux familles d’œuvres d’art : ici les formes et les couleurs ; là l’évocation du mystère.

​Elles se marquent dans les œuvres les plus anciennes : ici les acrobates de la grotte d’Addaura (Italie, - 12 000 ans) ; là les roches gravées du dolmen de l’île de Gavrinis (- 8 000 ans, Golfe du Morbihan).
​ Ici, Rubens, là Chardin. Ici Sam Francis, là Agnès Martin.

​Ici Colette Deblé, là Denise Lioté.
​Aujourd’hui sur les cimaises d’Olivier Nouvellet, on peut comparer ces deux artistes.

​J’ai une grande envie de faire leur éloge.
​Je ne le ferai pas, car je serai vite contraint d’écrire que Colette Deblé cherche dans les arcanes de son esprit des formes, des couleurs ; et que Denise Lioté trouve dans la matérialité de sa palette les irisations de ses lumières. Cela contredirait ce que j’avais affirmé dans la première partie de ce texte.
​En vérité, comme l’avait découvert un grand sage chinois (dont j’ai oublié le nom) : « tout est dans tout (et réciproquement) ».

Georges Coppel

22.9.11

Jacques Le scanff : Visages


Jacques Le scanff

Visages, dessins et peintures sur papier


le dimanche 2 octobre 2011 de 15 à 19 heures

Peindre la tête des autres et quelques fois la sienne est un pari. Abandonner L. 21 xh.30cm2010 la rassurante et relative abstraction des amas de rochers, des entrelacs de bran- ches qui peuvent se deviner dans la plu- part de mes dessins, de mes peintures, fait traverser des voix incertaines.

Je veux cependant dans l’inconscience relative qui m’habite quand je peins, parcourir ces chemins. Mais si l’on regarde mon travail avec attention on voit que rien ne change et que les moyens employés sont sembla- bles ou proches. On ne peut peindre à un moment donné si l’on est sincère, de deux façons car la manière de peindre surgit du dessin presque malgré nous. En quelque sorte nous la subissons.

Mais le visage, la forme humaine sont liés à trop d’émotions, de désirs, de défaites pour qu’ils ne nous portent pas à regarder autrement.

Un danger inévitable qui peut égale- ment devenir une joie.

Numéro 12 de la revue Le préau des collines


Olivier Nouvellet vous invite à l’exposition dédiée au numéro 12 de la revue Le préau des collines et aux œuvres des artistes présentés dans le dossier Traces d’aubes et de nuit , qui réunit les sculpteurs et peintres Eugène Dodeigne, Pierre-Édouard, Charles Maussion, Francis Limérat, Denis Martin, Laurence Jeannest, Agnès Munier, Jocelyne Colin.

Ce numéro rassemble également des textes de François Dournes, Pierre Édouard, Pierre Bergounioux, Yves Bonnefoy, Michel Makarius, Jacques Le Scanff, N. Huyghues- des-Etages et MH. Piednoir, Gabrielle Althen, Geneviève Huttin, Christiane Veschambre, Jean-Paul Bota, et s'ouvre sur un important dossier réuni par Jean-Paul Michel consacré au poète et écrivain Mohammed Khaïr-Eddine.

Vernissage le mardi 11 octobre à partir de 18 heures.


Cynorrhodon - FALDAC


A découvrir, le site de l'association Cynorrhodon - FALDAC

Cynorrhodon - FALDAC est une association sans but lucratif, en cours de création, dont l’objectif est d’assurer la promotion de l’art contemporain, en dehors des courants de la mode dominante, en privilégiant les démarches créatrices originales et sincères.

Cette collection est un Fonds important, apporté par Annick et Louis Doucet, pour la promotion de l’Art Contemporain


.

18.9.11

Jean Loup Cornilleau : visite d'atelier


Visite à l'atelier de Jean Loup Cornilleau en vu d'une prochaine exposition à la galerie.

Jacques le Scanff : visite d'atelier


A l'atelier de Jacques Le Scanff pour selectionner les oeuvres de sa prochaine exposition "Visages" qui aura lieu à la galerie dimanche 2 octobre de 15 a 19 heures.

14.9.11

Aperçu de l'accrohage actuel


HÉLÈNE VILLERS : "Tulle,verre et miroirs"


HÉLÈNE VILLERS

"Tulle,verre et miroirs"
Boites
27 septembre - 1 octobre 2011

Vernissage mardi 27 septembre
à partir de 18 heures.


Il me semble que ces boites pourraient être comparées à de très courtes nouvelles.
Il y a des oiseaux dans les chambres, une ballerine en hiver, des femmes qui écrivent,
des traces qui ne s'effacent pas.
S'agit il de captation ou d'enfermement? Je ne sais pas le dire.
Ce qui pour moi est certain c'est que, derrière la vitre, ces images dont j'ignore l'origine
ressemblent à des souvenirs.
H.V.

.

12.9.11

Septembre à la galerie


A partir du mardi 13 septembre et jusqu'au samedi 24 septembre. accrochage de groupe avec :

Léon Zack
Chattaway
Benrath
Margerie
Aeschbacher
Madeleine Grenier
Saint Cricq
Guias
Didier Georges
Reguera
Christian Bonnefoi
Beatrice Guichard

9.9.11

Visite d'atelier : Anne Kolin



A l'atelier d'Anne Kolin

Les garçons et les filles de Jacqueline Badord


Jacqueline Badord devant ses nouvelles sculptures de sa série
"Les garçons et les hommes de Jacqueline Badord" que l'on verra bientôt à la galerie.

A l'atelier de Robert Saint-Cricq


Visite à l'atelier de Robert Saint-Cricq
qui a passé son été à travailler et semble en bonne forme.
Voici une de ses dernières oeuvres.

8.9.11

New york, septembre 2011


Gilles Guias n'est pas photographe, pourtant c'est une photo qu'il nous a envoyé de New York oú il passe quelques jours.

2.9.11

William Chattaway et le crâne embryonaire


Visite à l'atelier de William Chattaway en vu de l'exposition du mois de novembre.
Oeuvres sur papier des années 1947 1950 et sculptures récentes sur le crâne embryonaire.

26.8.11

Hélène Villers


Une des oeuvres de la prochaine exposition d'Hélène Villers

Hier soir chez Hélène Villers


Hier soir chez Hélène Villers en vu de l'exposition du 27 septembre au 1 octobre

24.8.11

Détails


Accrochage septembre


Acrochage jusqu'au samedi 27 septembre
Avec : Guias
Saint Cricq
Chattaway
Didier Georges
Jean Groenen
Leon Zack
Rosine Lehmans
Beatrice Guichard
Baudry
Steffens

23.8.11

Du blanc à la galerie


Petit nettoyage de printemps à la galerie avant la reprise des expositions.

13.8.11

Hans Steffens et Dagmar Martens en 2012


A l'atelier de Dagmar Martens.
Préparation d'une exposition Hans Steffens et Dagmar Martens en 2012.

Dagmar Martens


Oeuvre de Dagmar Martens

Recherche Google Art