31.1.10

Shirley Goldfarb et Gregory Masurovsky

Prochaine exposition

Shirley Goldfarb et Gregory Masurovsky

> Du 2 au 6 fevrier

Vernissage mardi 2 fevrier à partir de
18 heures


30.1.10

En février: Masurovsky, Goldfarb, puis Chattaway, Gilles Guias, Alberto Reguera...

Programme du mois de février

> Du 2 au 6 fevrier : Shirley Goldfarb - Gregory Masurovsky

> A partir du 9 fevrier : Accrochage de groupe avec : Aeschbacher
H A Bertrand
Chattaway
Fichet
Guias
Messagier
Reguera
Saint - Cricq

Photo de Rosine Lehmans

29.1.10

Les portraits d'ANTIDE



Dîner hier soir chez l'artiste Antide
Exposition prochaine de ses dessins :
Portraits

26.1.10

MADI: petits formats


Vernissage ce soir : MADI petits formats
Exposition jusqu'au samedi 30 janvier 2010

25.1.10

Vernissage d'Alberto Reguera à la galerie Claude Samuel

Vernissage de l'exposition d'Alberto Reguera
à la galerie Claude Samuel samedi dernier


24.1.10

Déjeuner dimanche chez Francoise Fichet


Déjeuner dimanche chez Francoise Fichet avec Lydia Haramboug et un couple de collectionneurs.
Francoise nous montre le chemin de croix de Pierre Fichet.

22.1.10

Brillant Vernissage de Jérémy Chabaud




Un très beau vernissage, mardi dernier, de Jérémy Chabaud.
Ses oeuvres seront exposées à la galerie jusqu'à samedi.




Ce fût aussi un dîner très gaie et très chaleureux au restaurant italien Del Papa.

20.1.10

Quand la peinture inspire.



C'est un ami de Gilles Guias, Christian Berthier, qui nous a envoyé ces quelques images photographiées dimanche dernier à la galerie.
Un regard très sensible et créatif.

Pour voir toutes les photos cliquez ici>

18.1.10

Jeremy Chabaud : vernissage demain soir


Souvenirs de crâne(s)…

Des paysages ? Des corps ? Des crânes ? Pourquoi s’abstraire par ces signes et ces couleurs, si ce n’est, d’un pas de côté, appréhender, un instant, autrement l’existence. Personne ne peut éviter la confrontation essentielle avec la mort. Savoirs, richesses matérielles ou spirituelles, plaisirs et pouvoirs, butent contre terre, feu, eau et air, ces forces qui nous ramènent inexorablement vers l’atome.

Entre la certitude de cette réduction ultime et les mystères du devenir, quelques dessins tentent de décanter une existence parcourant le minéral, le végétal, l’animal, chair et désir. La mort est indissociable de la vie. Autant l’apprivoiser, lui accorder une place, apprendre à la regarder en face. Méditation qui ne peut que rendre plus précieux et intense encore, le foisonnement du vivant. Donner grâce à la mort, lui allouer un corps, une mémoire et des symboles, comme source d’énergie pour une renaissance. Reconnaitre la nécessité des métamorphoses, du vivre et de la capacité de se réaliser urgemment. Le mortifère refoulé angoisse, soumet, accumule et accable. La mort apprivoisée libère. Réintégrer la mort à la vie, c’est la régénérer, en permettant les transmissions, la liberté, l’égalité et la fraternité. Elle refonde les mutations et les transmutations, se fait outil de libération et de séparation. Maintenue cachée ou trop effrayante, la mort manipulée administre la médiocrité, l’hypocrisie et le joug des orgueilleux et des petits pouvoirs où se rassurent certains.

Comment ne pas être pétrifié devant la disparition de ses proches comme à l’évocation de son propre anéantissement ? Cet abîme de la pensée ne peut-il être quelque peu éclairé ? Et, de gouffre à caverne, se constituer réceptacle des aspirations humaines, comme notre cher crâne aura été, un temps, le creuset d’un esprit. Tous deux s’en retourneront aux paysages et aux étoiles…

Jérémy Chabaud, 2010.

Miro, Warhol, Tapies, Saura, Dali...et Alberto Reguera




















Alberto Reguera participe à une très importante exposition à Porto : ARTE MODERNA E CONTEMPORANEA.
Deux oeuvres d'Alberto ("Velours et "atmosferas en diseccion") sont accrochées aux côtés de Joan Miro, Salvador dali, Antoni tapies, Lanskoy, Gérard Richter, francesco Clemente, Miquel Barcelo, Andy Warhol, Ales Katz.

Une vidéo de l'exposition est en ligne

13.1.10

Gilles Guias: exposition dimanche 17


Les oeuvres récentes de Gilles Guias seront exposées à la galerie ce dimanche 17 janvier à partir de 15h.
Toujours la profondeur de ces regards,
des peintures où se mêlent force et douceur.

7.1.10

Jeremy Chabaud : Vanités



Jeremy Chabaud exposera à la galerie à partir du 19 janvier, voici quelques images des oeuvres exposées et un texte très éclairant du Psychanalyste Vincent Estellon:

Vanités

Réveil des organes, réveil des morts, retour de la mort dans l’actualité urgente de l’orgasme. La mort ici n’est plus appréhendée comme fin de la vie mais comme mort qui donne la vie.Umbra en latin, c’est à la fois l’ombre et le reflet. Jérémy Chabaud nous donne ici à visiter ombres et reflets de corps qui désespèrent de l’autre. Ombres et reflets des morts dans la vanité des corps.

La mort comme la jouissance défonctionnalise le corps. Le corps qui jouit est un corps qui ne sait plus. Un corps innommable, hors de tout programme sécuritaire. C’est un corps en danger, rendu complètement étranger par l’envahissement du plaisir. Quelque chose s’ouvre, se tend, palpite, bée. Jérémy Chabaud nous ouvre à une anatomie fantastique, anatomie du rêve ouverte sur l’informe, non peureuse de la mort. Immensité de l’espoir, sexe dressé, du poumon au champignon moisi donnant l’intuition d’une origine végétale du génital. Matières du corps, fluides, forces, humeurs… Ces corps qui ont passionnément désiré reviendront au sol. Ces crânes, ils sont avant et après nous. Ils sont là aussi pendant le plaisir. Si l’homme est seul face à la mort comme face à la jouissance, de ces plaisirs, que restera-t-il ?
Ici, plus de narration. L’extase ne la permet pas. Seules des traces de souvenirs, sensations de ces folles ouvertures subsistent. Progressivement, à la faveur de la succession des dessins, Jérémy Chabaud nous amène vers l’érotisme : celui qui permet de flirter avec la mort, la transgression, la peur, de provoquer ces délices du tremblement, du déséquilibre, de l’essoufflement, de la découverte d’un être en soi radicalement étranger. Devant le désir comme devant la mort, le corps devient chose étrangère. Et parfois, au hasard d’une forme, par delà un paysage cosmogonique, semblent se dessiner les yeux du sexe, orifices de la mort, gouffres du désir.

Vincent Estellon


3.1.10

Agenda Janvier 2010 à la galerie Olivier Nouvellet





- Le Dimanche 17 janvier de 15 a 19 heures: Gilles Guias Œuvres récentes

- 19 au 23 janvier: Jeremy Chabaud - Vanités, Vernissages : 19 janvier a partir de 18 heures

- 26 au 30 janvier: MADI - Petits formats, Vernissages : 26 janvier a partir de 18 heures

Recherche Google Art